Est-il à jour dans sa vaccination ?

Si une personne ne reçoit pas les bons vaccins, il lui sera difficile de faire face aux différentes maladies contre lesquelles elle devrait être immunisée. Beaucoup craignent à tort les vaccins en raison d’une incompréhension concernant leur fonctionnement. Il circule également de trop nombreuses  croyances non fondées sur cette méthode. Le principe est simple : le vaccin se charge « d’apprendre » à votre corps à se défendre contre une maladie donnée.

Comprendre la vaccination

Dans le cadre du check-up santé de la rentrée de votre enfant, vous devrez vérifier où en est sa vaccination. Cette pratique a vu le jour il y a deux siècles, quand des scientifiques ont réalisé que les patients qui ont déjà été atteints d’une maladie étaient moins sensibles à celle-ci en cas de rechute. Plus tard, les chercheurs ont identifié le fonctionnement du système immunitaire. Lorsque celui-ci détecte une menace comme une maladie, il produit une armée d’anticorps qui se chargent de débarrasser l’organisme des éléments perturbateurs.

Les anticorps ainsi générés ne disparaissent pas, mais sont stockés en prévision d’un possible retour de cette même maladie dans le futur. Ainsi, notre corps se sera entraîné à gérer une affection en particulier, et nous n’aurons plus autant de problèmes à lutter contre celle-ci. C’est là le principe du vaccin. Le médecin envoie une version affaiblie ou inactive d’un virus ou d’une maladie dans l’organisme, dans le but de faire réagir notre système immunitaire pour que les anticorps correspondants soient générés puis stockés.

Quand nous apprenons à notre corps à réagir ainsi dans l’enfance, nous avons moins de chances d’avoir des complications avec des maladies qui, comme la rougeole, sont plus graves si on les attrape à l’age adulte. En outre, le système immunitaire est encore en pleine formation, c’est pourquoi les enfants sont vaccinés petits. Leur corps produit plus facilement des anticorps.

Quels vaccins, à quel âge ?

Jusqu’à ce qu’il ait 13 ans, votre enfant devra passer par une série de vaccins divers. Leur but sera de lui fournir ce qu’il faut en termes de protections immunitaires contre une large gamme de maladies diverses. Ainsi, le premier vaccin que votre enfant devra faire se situe durant le premier mois de son existence, c’est celui contre la tuberculose. Ensuite, jusqu’à ce qu’il ait 11 mois, il doit recevoir trois injections pour ceux ci-dessous :

– la diphtérie, le tétanos, et la polio
– la coqueluche
– les méningites à Haemophilusinfluenzae b
– les méningites, pneumonies et septicémies à pneumocoque
– l’hépatite B

Les méningites et septicémies à méningocoque C seront inoculées à 5 mois puis à 12 mois. À 1 an également puis entre 16 et 18 mois, il doit recevoir deux injections distinctes du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole. À 6 ans, il est nécessaire pour lui de faire un rappel des vaccins contre les maladies que sont la diphtérie, le tétanos, et la polio, puis une troisième injection pour ces mêmes pathologies entre 11 et 13 ans. Sur cette dernière tranche d’âge, il est nécessaire pour les filles de se faire vacciner pour les infections contre le papillomavirus humain.

L’ensemble de ces vaccins doivent être répertoriés dans son carnet de santé. Il vous a été remis à la maternité ou il vous sera possible de le demander auprès du médecin qui se charge de vacciner votre enfant. Il est important que vous conserviez ce carnet, car il permettra de savoir quels sont exactement les vaccins qui ont été administrés.

Si toutefois vous avez pris du retard dans le calendrier de vaccination de votre enfant, contactez au plus vite votre médecin traitant ou son pédiatre qui vous expliquera la marche à suivre.

Laisser un commentaire